La vitesse

Pour DRUBIGNY et LUNZENFITCHTER (1992), la vitesse est «la faculté d’effectuer une ou des actions motrices dans un espace de temps minimal ».

C’est une qualité qui se divise en quartes formes :

-La vitesse de réaction est la capacité d’un athlète à percevoir, analyser et traiter, le plus vite possible un signal déclenchant une action. 

-La vitesse gestuelle consiste à effectuer un mouvement segmentaire simple ou plus global avec des contractions musculaires d’intensité maximum contre une résistance nulle ou réduite. 

-L’endurance-vitesse correspond à la nécessité de répéter, sur la totalité de la rencontre, des efforts brefs, mais très intenses.

-La fréquence gestuelle correspond à un nombre de mouvements exécutés en un temps donner.

Autre fonctionnalité de la vitesse utile aux différents sports :

 La vivacité se traduit par la promptitude dans une séquence de mouvements variés et différents. C’est la vitesse dans les déplacements antéropostérieurs et latéraux, la vitesse d’enchainement. Elle se traduit par la faculté du sportif à réaliser dans un temps le plus bref possible une succession de gestes techniques engageant un ou plusieurs segments.

Toutes ces qualités de vitesse sont dépendantes d’autres facteurs : l’explosivité , la coordination , la composition de vos fibres musculaire. De ce fait, elle se travaille de manières diverses et tout au long de l’année.

Exercer les différentes qualités de coordination est un moyen de travailler la vitesse. Elles vous sont présentées dans la rubrique spécifique à la « coordination ». Par conséquent, ce travail influencera la vitesse, la fréquence gestuelle ainsi que la vitesse de réaction. Vous pouvez utiliser le travail sur échelle de rythme de deux façons différentes :

-travail de coordination entre le haut et le bas du corps à vitesse lente/moyenne.

-travail de fréquence d’appuis à haute vitesse, la coordination des membres peut-être moins précise.

Les séances d’explosivité, ou l’inclure dans vos séances spécifiques à la pratique, est un moyen de travailler votre vitesse.

L’utilisation de la pliométrie, des séries de sprints ou encore d’exercices d’endurance explosive sont possibles. Ces derniers sont détaillés dans la partie consacrée à « l’explosivité ».

Ces méthodes permettront un développement de la vitesse maximale, de l’endurance-vitesse, de la vitesse gestuelle. Mais aussi un développement de la force des fibres musculaires, qui est également importante dans le développement de la vitesse.

Les séances types compétitions sont aussi utiles, mettant en action les athlètes dans des conditions de compétitions, cela permet de travailler aux intensités proches de celle rencontrée en compétition.

Les exercices d’enchainement de tâches spécifiques à la pratique vont induire une amélioration des messages nerveux. Ils servent à construire les programmes moteur généralisés permettant de répondre plus rapidement à des situations rencontrées de manière répétée.

Vous trouverez, un exemple de programmation spécifique au développement de la vitesse dans la rubrique destinée aux « Programmations ».